Chaplin, c’est un Pitbull adopté en 2013.  Beau comme un cœur, un regard vert bouleversant empreint d’angoisse et des pattes un peu trop longues lui donnaient une démarche malhabile, un peu comique.

Quand il a couru vers moi au refuge, c’était clair qu’il n’y restait pas !  Il n’avait que 4 mois et j’étais sa 2e maison, en plus du refuge.  C’est un lourd passé pour une si courte période de vie.  Chaplin était déjà très troublé et traumatisé; Constamment en état de profond désarroi et très anxieux, j’ai tout tout tenté pour le rendre bien dans ses pattes et sa tête, mais sans grand succès.   Chaplin avait un mal de vivre incurable qu’il combattait en permanence.

Les comportementalistes m’avaient prévenue dès le début qu’il se pouvait que je ne puisse rien pour lui, malgré que je faisais plus que ce qui semblait possible.  Je n’ai jamais voulu y croire, convaincue de pouvoir le sauver, c’était le meilleur chien du monde !  J’ai alors tout entrepris afin de ne jamais donner raison aux spécialistes. J’étais prête à tout pour l’apaiser et le rendre bien.

Malgré tout, par un après-midi d’avril en 2014, Chaplin s’est endormi pour toujours.  ​Ses démons avaient eu raison de lui.

On m’a dit quelque mois plus tard qu’on ne peut pas se battre contre la génétique, encore moins contre des traumas imprégnés trop profondément; Encore aujourd’hui, c’est la seule phrase rationnelle qui réussit à apaiser un peu ma peine.  Durant l’année qu’il a passée avec moi, Chaplin a non seulement transformé ma vie, mais m’a aussi transformée.

Il m’a appris à vivre et apprécier le moment présent, à m’attarder aux plus petits détails comme observer la glace fondre sur l’eau au printemps, les feuilles tomber en automne et le retour des outardes annonçant le beau temps.  Il m’a appris à lâcher prise, à gérer mon anxiété, mais surtout, à penser et agir autrement.  Je le remercie chaque jour de m’avoir permis de m’ouvrir à d’autres horizons.  Son trop court passage dans ma vie n’aura pas été vain, bien au contraire.

Depuis Chaplin, je ne vois plus les chiens de la même façon.  Ils sont des êtres uniques avec leur caractère et leur personnalité et C’EST NOTRE DEVOIR, NOTRE RESPONSABILITÉ DE S’Y ADAPTER.  C’est à nous, humains, de développer une relation saine avec nos animaux, de nous éduquer et de les éduquer pour faire en sortes qu’ils soient bien dans chaque sphère de leur vie.   Ils dépendent de nous à tous les niveaux, on ne doit jamais l’oublier.